...encore un nom en "ell"...après Erell...c'est exceptionnel ! En plus, ça rime avec Emmanuelle...mais surtout oh oui surtout avec bretelle.

Est-ce le hasard, ma bonne étoile ou tout simplement la preuve que si le monde des Bisounours n'existe pas, ces derniers si...quand on sait les reconnaître !

Je vous en ai présenté deux dans mon précédent billet (elles m'ont fait confiance pour un superbe projet), je vous présente la troisième...ou plutôt non : la première, car elle s'est manifesté peu de temps après mon DIY Anxiety (roh la la, on dirait que je suis malade ! lol !) pour me redonner la patate couturesque ! Ce sont ses mots !

Elle (encore une rime, je deviens poète), c'est Nathalie alias La Jolie Girafe ! Elle m'a proposé de tester son nouveau patron...

Avec Erell (et le livre associé Coudre le Stretch), j'ai assumé la partie promotion du "test" (le fameux teasing marketing) ce qui était plutôt fun, compte tenu de l'effet surprise qui nous était réservées à nous aussi avec cette mystérieuse boîte.

Avec Rydell, il s'agissait de faire partie des testeuses à qui l'on demande de vérifier le patron, corriger les erreurs, relever les coquilles, donner son avis sur l' ajustement de la coupe, la compréhension des explications techniques, éventuellement faire des suggestions. On parle donc de l'autre catégorie de testeuses. C'était donc mon premier "vrai" test ...et j'ai adoré découvrir cette partie imergée de l'iceberg.

J'ai été plutôt amusée à posteriori qu'on me fasse ses deux propositions quasi simultanément, comme un écho à mon article...je crois que mes bisounours veillaient !

J'ai accepté sans même savoir de quoi il retournait tellement j'étais honorée d'être sollicitée. Nathalie, soucieuse quant à elle de savoir si le modèle me plairait, a tenu à ce que je vois le prototype avant de m'enflammer... j'avoue avoir été surprise quelques secondes, puis totalement enjouée dans les minutes qui ont suivies ! J'ai tout de suite visualisée ma version.

Rydell, c'est ...une salopette revisitée ! Une jolie robe à bretelles, avec sa bavette, sa grande poche poitrine et sa patte de boutonnage sur le côté ! Nathalie a voulu la féminiser un maximum pour mettre en valeur notre silhouette. Elle a donc une taille marquée et une jupe évasée avec deux petits plis creux sur le devant.

Le patron est prévu de la taille S à la taille XL. Il est tracé pour une stature de 164 cms mais Nathalie a prévu un cahier d'ajustements  permettant d'adapter jusqu'à la stature 180 cms. Elle a également prévu les ajustements de poitrine pour la longueur de bretelles en tenant compte des profondeurs de bonnet. Autant dire que cette petite robe a un fit parfait si vous respectez bien ses indications !

Selon le tableau des mensurations, j'ai choisi de réaliser la taille M (au niveau hanches, j'étais  en L pour 1 cm d'écart. Mais comme la jupe est évasée, nous avons convenu avec Nathalie que le M suffirait).

J'ai la mauvaise habitude de ne jamais faire de toile. J'étais partie pour tailler dans mon coupon final quand Nathalie m'a gentiment rappelée à l'ordre conseillé de faire une toile, au risque de l'empêcher de dormir en gâchant mon joli tissu. J'ai donc obtempéré et je dirais qu'elle a bien fait d'insister sur ce point.

Sa réalisation a été estimé à un niveau 3 sur 5 sur l'échelle de Richter de difficultés. Il n'y a pas de réelle complexité dans l'ensemble, mais elle comporte une partie plus technique dans la réalisation de la patte de boutonnage. J'ai donc scrupuleusement et méthodiquement (ben oui, je me suis sentie investie d'une mission !) suivi le cahier technique jusqu'au pas-à-pas en photos de la patte de boutonnage. J'avoue avoir un peu galéré sur cette étape. Je conseillerais donc à toutes les novices en la matière de s'exercer sur une toile, quite à ne réaliser que cette étape là dans un vieux drap. Ma première patte n'est pas parfaite mais la réalisation finale est plutôt réussie, une fois la technique maîtrisée.

Je me suis permise deux petits ajouts au patron original. La bavette et sa grande poche me semblant un peu nues, j'y ai ajouté une petite poche "briquet" sur le devant. Et sur la version finale, j'ai choisi d'ajouter des passants de ceinture. Nathalie m'a avoué ne pas les avoir prévus parce qu'elle déteste les faire...moi-aussi, mais j'aime beaucoup le petit plus que ça apporte.

Quant aux bretelles, j'ai choisi de les porter croisées mais comme elles sont maintenues pas des boutons au dos (que j'ai préféré écarté un peu plus que Nathalie pour mon équilibre visuel personnel), vous pourrez tout aussi bien choisir de les porter droites.

Mais place au visuel : la première version que vous allez voir n'était pas destinée à être présentée...puisque c'est ma toile ! Mais comme je n'arrive pas à concevoir de coudre sans porter à la fin, je n'ai pas pu m'empêcher de la réaliser intégralement avec toutes ses finitions. Et à ma grande surprise, cette Rydell, cousue dans un vieux drap teint en jaune par mes soins il y a fort longtemps, m'est apparue comme une révélation une fois portée.

Le jaune étant une de mes couleurs phare, associée avec une marinière, j'ai décidé de vous la montrer.

DSC_0822  DSC_0839

DSC_0825

DSC_0835  DSC_0849

Et voici la fameuse patte de boutonnage, partie la plus technique du vêtement.

DSC_0827

DSC_0830

La poche "briquet", habituellement située dans la poche avant du Jean et qui servait aux ouvriers (n'oublions pas que le Jean et la salopette étaient avant tout un vêtement de travail !) pour y glisser leur zippo, non moins célèbre briquet à essence.

DSC_0841

J'ai choisi des boucles de bretelles couleur bronze assorties aux Boutons Jeans.

DSC_0843 

DSC_0958  DSC_0961  DSC_0962

  DSC_0982

DSC_0970

DSC_0976

DSC_0979  DSC_0963   DSC_0985 

Pour la version finale, j'avais de suite imaginé un denim blanc avec les boutons Jean et les boucles de salopettes assorties. J'ai donc cherché le tissu sur le net et trouvé mon bonheur à prix raisonnable chez Buttinette.Vous remarquerez qu'il est extensible ce qui est complètement inutile pour ce modèle (mais ne gâche rien... J'avoue ne pas y avoir prêté attention au moment de la commande). Rydell est réalisable dans tous les tissus, fins (pas trop quand même !) ou épais, hormis peut-être le jersey...encore que. Le rendu sera différent : plus le tissu est souple et fin moins l'évasé est apparent. Le mien est d'épaisseur moyenne, ni fin (c'est un denim) ni épais. A vous de choisir !

DSC_0871  DSC_0880

DSC_0873

DSC_0877   DSC_0883

DSC_0882 

DSC_0881

DSC_0851

DSC_0886  DSC_0895

DSC_0901  DSC_0902

   DSC_0887

DSC_0933

DSC_0934

Et puisque c'est le moment ou jamais : Allez les Bleuuuuus !!!

DSC_1048 DSC_1051 DSC_1052 

Alors, laquelle des deux préférez-vous ?

  DSC_0990 DSC_0949

Cette petite robe-salopette m'a vraiment bluffée ! J'avais dit à Nathalie que je concevais bien la porter l'été, avec des baskets, mais que j'aurais du mal à l'envisager l'hiver...je crois bien que je pourrais changer d'avis, et je l'imagine désormais dans une version suédine camel comme celle-ci :

9a80e9a73a4dc60c9fc0f9e81dae657d

Crédit photo : MissGuided

Et si vous n'êtes toujours pas convaincues, voici un petit tableau d'inspiration...vous la voyez, là, la petite Rydell en Liberty Denim ?

1b52a2f41a33c5bd61afc1c521b1829b2111c4b3e17318e843f9f6f4f608b1c512cb1fbe29bdf942c8e71255757b92f676883c7e2d1ac9b93ce8dc00c73601d1

Crédits photo : Bershka, Amazon, 3 Suisses, Stradivarius

491583c46fddbc85d0132a14486dd604c287069c86026643a53d5863ff097517a2a2d08b6458a9fe2fe748a3d2ae4f33

 Crédits photo : Mango, The cherry blossom girl, Bershka

Et pour encore plus d'inspiration, je vous invite également à découvir les versions des autres testeuses :

- Elise / Mlle Lisou

- Emilie / Une parisienne en Helvétie

- Stéphanie / S' et les BBchoux

- Isabelle / Le Labo* d'Isa

- Madeline / Mad en folie

- Emilie / Les fils d'Emilie

Si vous êtes séduites,  si vous avez un coup de coeur,

vous pouvez télécharger le patron en pdf et vous mettre au travail de suite :

"On dirait des Vrais" - La Jolie Girafe

Boutique

Je remercie très vivement Nathalie qui, avec toute sa bienveillance, à penser à moi pour ce test, afin de me tirer de ma létargie couturesque !

C'est un travail qui demande concentration et rigueur (pas question de faire ça à l'arrache et par dessus la jambe, c'est le travail d'autrui dont il s'agit et ça se respecte !), mais j'y ai pris beaucoup de plaisir et je suis prête à recommencer ! ^^

Je ne vais pas vous laisser sans vous donner une dernière explication. Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je n'ai pas résisté à l'envie de questionner Nathalie au sujet du choix du nom du patron ! Kezako "Rydell" ?

Mon ami Google m'ayant suggéré qu'il pouvait s'agir  d'un prénom masculin, du nom d'un pilote de course chez Chevrolet ou de celui d'un célèbre footballeur suédois meilleur buteur (détroné par... Zlataaaaaane !), Nathalie m'a finalement éclairé sur le sujet. Elle s'est inspirée du petit look "Collège" année 50 de sa robe !

Cherchez bien...allez, vous pouvez trouver  !  Un deuxième indice : vous êtes fans de Grease... vous savez, c'est sûr !

Rydell est le nom du lycée (Rydell High) où se retrouvent Sandy et Danny après l'été !

Je vous laisse en musique ! Chantez maintenant ! ho ho ho honey   !

Grease - You Are The One That I Want

 DSC_0935

 Des bises, les filles !

Tampon 2