...il y eut ce tissu...

tissupoisdorés

...une sorte de résille  ivoire avec de tous petits et discrets pois dorés...J'ai résisté longtemps...longtemps...longtemps...

Puis il y eut ce jour de braderie où Mister Fox avait décidé de le liquider à 3 € le mètre...Qu'auriez-vous fait ?

Je me suis d'abord posé la question de ce que je pouvais en faire. A l'évidence, il fallait le doubler pour éviter la transparence. Dans mon dos, se trouvait un rayon avec un rouleau de coton tout doux qui, une fois juxtaposé à la résille, se trouvait être du même ivoire. Il ne m'en fallait pas beaucoup plus pour me jeter à l'eau ! Qu'importe ce que je pouvais en faire, il y aurait forcément un modèle parfait ! (Et je  regrettai d'autant moins mon  choix futile et dépensier quand la gentille vendeuse me vendit, par erreur,  le coton au même prix que la résille : 18 € au lieu de 36 € le tout ! J'aurai eu tort de me priver !).

Je ne sais pas comment ensuite l'idée m'est venue de réaliser ce croisement entre deux patrons des talentueuses créatrices de Grains de Couture et République du Chiffon...je sais juste que l'inspiration fut subite, imparable et m'a procuré une sensation d'euphorie  au fur et à mesure que je la réalisai.

J'avais envie d'un col bénitier auquel la résille pouvait apporter toute sa souplesse, d'une jupe froncée...le tout accomodé à la mode "Sixties". Je suis partie du haut du modèle Georgina de RDC, et je l'ai utilisé à deux reprises pour créer la superposition des tissus. Celui du dessous en coton ivoire n'a pratiquemment pas été modifié si ce n'est qu'à la place des plis devant et derrière, j'ai réalisé des pinces pour l'ajuster au buste.

DSC_0556

DSC_0566

DSC_0579

DSC_0580

Le col bénitier a été réalisé de la manière suivante : sur le patron original j'ai tiré un trait partant du dessous de l'emmanchure jusqu'au milieu de la poitrine. J'ai ensuite découpé cette partie, que j'ai fait basculé sur le côté. On retrace ensuite une ligne droite jusqu'en haut de l'encolure souhaitée et on redessine le col auquel on ajoute une bande d'environ 3 cms pour faire l'ourlet. Pour que ce soit plus clair, je vous invite à consulter ce tuto ou encore celui-ci .

J'ai également cousu les plis un peu plus haut comme la dernière fois, pour affiner la taille tout en conservant le drapé du tissu. Il ne restait plus qu'à superposer la résille au coton ivoire. A la fin de cette étape là, je pensais ajouter des petits mancherons que j'avais découpés en deux parties façon tulipe. Ils étaient prêts, attendant d'être montés et finalement j'ai trouvé que la robe était mieux sans.

Pour le bas de la robe, je ne voulais pas de la jupe toute simple du modèle original de RDC...je souhaitais des fronces. Le patron de Georgina ne me paraissait pas adapté pour une modification en ce sens...j'ai donc tout de suite pensé à Opale de Grains de Couture, et à sa jupe à plis. Il n'y avait qu'à remplacer ces fameux plis par des fronces ! Et pour être sûre qu'elle soit vraiment bien froncée, j'ai rajouté 5 cms sur les côtés ! Le dos de jupe est découpée en deux parties (plutôt qu'en un seul sur la pliure du tissu) afin de pouvoir y intégrer la fermeture invisible. J'ai froncé les jupes séparément et les ai assemblées ensuite afin que la résille garde tout son mouvement.

DSC_0572

DSC_0563

J'ai enfin assemblé la jupe d'Opale froncée, à la ceinture de Georgina. Me restaient les finitions intérieures entièrement réalisées à la main et la pose de la fermeture invisible préférant une fermeture de couleur camel plutôt qu'ivoire, et à défaut d'en trouver une dorée (je ne suis pas franchement sûre  d'ailleurs que ça existe !).

DSC_0587

Le dilemme est apparu au sujet de l'ourlet de la jupe en résille (celui de la jupe en coton est un biais rapporté du même tissu). Je me suis interrogée sur la façon d'en faire un... j'ai fait plusieurs tests à la machine à coudre qui ne me satisfaisaient pas. Les IG friends m'ont d'ailleurs conseillé plusieurs finitions possibles et notamment celle du biais à cheval...mais cela n'a pas trouvé grâce à mes yeux. Je suis finalement tombée (sans me faire mal je vous rassure ! ^^) sur une vidéo-tuto expliquant comment faire un ourlet roulotté à la main ! RE-VE-LA-TION ! C'est absolument magique et j'ai cru trouver LA solution ! J'ai donc essayé cette technique imparable. Rien de bien compliqué et une finition impeccable. Cependant, le résultat sur la jupe ne me plaisait pas car cet ourlet "rigidifiait" la souplesse de la résille et l'effet escompté n'était plus là...La jupe s'évasait sur les côtés au lieu de tomber bien droit, j'ai donc tout défait (et c'était très facile car le point employé est plutôt lâche). Cependant, je suis ravie de cette méthode et la recommande pour tout autre couture d'ourlet sur crêpon, voile de coton très fin ou même sur du tulle !

How To Sew A Rolled Hem

 

Voici mes essais effectués sur les petits mancherons ! Jugez par vous même de leur régularité même dans l'arrondi. Oui oui ! jJe suis totalement fan de cette technique à la portée de toutes !

Côté endroit

ourlet1

Côté envers

ourlet2

Et pour en revenir à mon ourlet de jupe, j'ai finalement choisi de le laisser tel quel, coupé à cru, au millimètre près !

DSC_0569

DSC_0575

Cette jupe est toute légère et vole au vent !

DSC_0582

DSC_0585

DSC_0586

Parallèlement à la confection de cette hybride, je me suis laissée allée à surfer sur le site de la marque de chaussures Néosens (ma marque préférée, je suis addict !). Je m'étais pourtant promis de ne pas m'y perdre et pourtant comme à chaque fois, le démon des chaussures m'a enflammée ! Cette paire de salomés couleur Biscuit (oui, oui c'est bien le nom donné par la marque !) m'a fait fondre de gourmandise ! Elles étaient faites pour aller ensemble, c'est indéniable !

DSC_0540

Vous voulez en voir plus ???

Zêtes sûres ???

Allez zou, c'est parti !!! Attention ! Avaaaaalaaancheeeee !!!

DSC_0502

DSC_0505

DSC_0507

DSC_0511

DSC_0521

 

Et de plus prêt, ça vous dit aussi ???

 

DSC_0527

DSC_0530

DSC_0531

DSC_0532

DSC_0533

 DSC_0535

DSC_0545

DSC_0548

Et ma pose Miss Vendée, vous la trouvez comment ? (Autodérision, on est d'accord ! hein ?!)

Vous l'aurez compris, je suis très très fan de ma robe, et je m'auto-congratule (la méthode Coué, vous connaissez !?).

J'aime tout : ce tissu qui étincelle de petites étoiles au soleil (je vous assure c'est dingue !), ses finitions qui pour une fois me satisfont, cette construction que j'ai su lui donner toute seule comme un grande !

Cette robe, je pourrais l'appeler "Georgipale"...ou bien.... "Opalina" !

C'est ça....OPALINA !

Et si je vous dis que je ne sais absolument plus quelle robe choisir pour le jour du mariage prévu en septembre prochain, vous me croyez ?

Des bises, les filles !

Tampon 2